4.3 Typologie des glaciers rocheux selon leur degré d’activité

En fonction de leur vitesse de déplacement et leur contenu en glace, les glaciers rocheux sont séparés en trois catégories : actifs, transitionnels et fossiles.
Print Friendly, PDF & Email

Les glaciers rocheux peuvent être distingués selon leur degré d’activité :

  • Les glaciers rocheux actifs se caractérisent par un déplacement cohérent de l’ensemble de leur surface. Ils sont en principe sursaturés en glace et montrent des signes morphologiques de déplacement comme un front raide. Les vitesses observées en surface sont en moyenne de l’ordre de 0.1 à plusieurs mètres par année (fig. 1 à 3) (cf. fiches 3.4.5 à 3.4.6). Certains glaciers rocheux actifs peuvent connaître une très forte accélération de leurs vitesses de déplacement durant plusieurs années, appelée phase de déstabilisation (cf. fiche pergélisol 4.6). 
  • Les glaciers rocheux transitionnels (aussi nommés inactifs) se caractérisent par de faibles mouvements (moins de 10 cm par année) et par un déplacement qui peut ne concerner qu’une partie de leur surface (fig. 4 & 5). Il s’agit soit de glaciers rocheux froids (peu fréquents dans les Alpes), soit de glaciers rocheux en cours de dégradation. 
  • Le pergélisol a théoriquement complètement disparu des glaciers rocheux fossiles ou reliques. La morphologie de surface présente des affaissements en raison de la fonte de la glace et est souvent parsemée de dépressions thermokarstiques. Les fronts des glaciers rocheux fossiles sont souvent moins raides que ceux des glaciers rocheux actifs, et leur surface est généralement entièrement recouverte de végétation (pâturage, forêt) (fig. 6 & 7).

Cette classification représente l’état actuel des connaissances des glaciers rocheux basées sur leur cinématique. Elle diffère de la classification conceptuelle « classique » établie dans les années 1950 qui différenciait l’activité des glaciers rocheux en fonction du comportement présumé de l’écoulement et, en relation avec celui-ci, de l’occurrence de la glace. Principalement basés sur l’observation visuelle d’indicateurs géomorphologiques (par exemple, l’angle de la pente frontale) et de végétation, qui diffèrent localement et régionalement en raison des conditions lithologiques et climatiques, les glaciers rocheux ont été le plus souvent classés dans les catégories d’activité suivantes : glaciers rocheux actifs, inactifs et fossiles (fig. 8).