2. Gel intermittent

2.2 Processus liés au gel-dégel – aspects physiques ou mécaniques

2.2 Processus liés au gel-dégel – aspects physiques ou mécaniques

La transformation de l’eau en glace se traduit par une augmentation de volume de 9%. Ce mécanisme entraîne une désolidarisation des matériaux lithologiques en fonction de la capacité du terrain à geler (gélivité). En haute montagne, le gel peut aussi augmenter la stabilité de terrains meubles.

2.3 La gélifraction

2.3 La gélifraction

La gélifraction est un processus d’érosion très efficace en région de montagne causée par les alternances répétées de cycles de gel-dégel dans les fissures de la roche. Les produits de processus d’érosion sont les gélifracts et les éboulis.

2.4 Gonflement cryogénique et cryosuccion

2.4 Gonflement cryogénique et cryosuccion

Le gel du terrain s’accompagne souvent d’un gonflement en raison de la formation d’aiguilles de glace ou de lentilles de glace. Ces dernières se forment par cryosuccion en aspirant vers elles l’eau interstitielle des terrains avoisinants.

2.5 Solifluxion et gélifluxion

2.5 Solifluxion et gélifluxion

Au-dessus d’une certaine altitude, les cycles de gel-dégel peuvent entraîner un déplacement vers l’aval de la tranche supérieure du sol. Ainsi se forment les lobes de solifluxion lors du dégel printanier.